warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Editorial




 
Quand l'envie n'y est pas...

go back print this page     send page by mail     Comments
Ce communiqué, on sentait bien qu' il avait été écrit au millimètre. L’information se trouvait entre les lignes. « Les trois fédérations constatent qu’une fusion éventuelle sur base des structures juridiques existantes n’est pas évidente à courte échéance, mais étant donné les circonstances économiques actuelles, il a toutefois été décidé d’intensifier la collaboration existante au niveau du programme politique en 12 points récemment présenté. » En d’autres termes, la fusion est remisée aux oubliettes.

Nul n’imaginait qu’il serait simple de fusionner des structures juridiques existantes, plus ou moins centralisées (avec des structures régionales chez l’un, des secrétariats sociaux…). Il était tout aussi illusoire de penser que les discussions d’argent (les ' trésors de guerre’ des uns, les provisions effectuées par les autres) se dérouleraient sans anicroche. C’est la force du projet qui devait permettre d’aplanir ces obstacles.

On était visiblement loin de ce grand souffle créateur. Si quelqu’un a estimé prioritaire de discuter de répartition de mandats à ce stade, il a à tout le moins fait preuve d’un manque de maturité. Fallait-il pour autant remettre l’idée même d’une fusion en cause ? Cette attitude-là témoigne surtout d’un manque d’envie flagrant. Et sans envie ni maturité, il est illusoire d’envisager de grands projets. Les représentants du transport routier belge continueront à ‘jouer petit’, peut-être aussi parce que leurs membres ne leur en demandent pas davantage. C’est d’autant plus regrettable que les défis n’ont jamais été aussi difficiles à relever pour les transporteurs.

Quant à la ‘collaboration existante au niveau du programme politique en 12 points’, elle risque aussi de faire long feu. Sur l’un de ces cinq points (les tracteurs agricoles), il n’a pas fallu attendre une semaine pour voir deux des trois fédérations réagir en ordre dispersé pour réclamer l’inclusion du contrôle technique des tracteurs afin de renforcer les mesures prises par Melchior Wathelet. J’espère que ce n’était qu’un égarement passager.
C’est vrai, personne ne sort perdant de l’affaire, à strictement parler. Parlons plutôt d’un manque à gagner. La fusion des fédérations sera l’affaire d’une future génération.

15/07/2013  |  Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?