warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Shipper




 
Nico Van Puyenbroeck (United Biscuits): "Les transporteurs ne sont pas prêts pour la multimodalité"

go back print this page     send page by mail     Comments
Le fabricant de biscuits United Biscuits teste actuellement le transport par canaux entre les Pays-Bas et la Belgique. "Malheureusement, nos transporteurs routiers ne participent pas à la recherche de solutions multimodales et cela va leur coûter une partie de leur chiffre d'affaires", prédit Nico Van Puyenbroeck, directeur logistique.

United Biscuits – propriétaire de la marque belge Delacre – teste le transport par voie d' eau de conteneurs remplis de biscuits entre l' usine Verkade de Zaandam (Pays-Bas) et le centre de distribution de Willebroek. Le fret de retour est assuré pour le compte de DE Masterblenders (Douwe Egberts) qui amène du café de Grimbergen à Utrecht via Willebroek. Le projet s’inscrit dans le programme Lean and Green Barge aux Pays-Bas. « Mais il n’y a pas que chez nos voisins du nord que les fabricants s’intéressent au transport intermodal. En Belgique, nous envisageons aussi des collaborations entre chargeurs, surtout en transport international. Je suis frappé par le véritable changement d’état d’esprit en cours chez les grands chargeurs », déclare N. Van Puyenbroeck, logistics & distribution manager d’United Biscuits.

Henk Palsma, regional logistics manager Benelux & Germany de DE : « Nous aussi nous voulons davantage utiliser les péniches pour notre produit fini. Une péniche n’est cependant pas aussi vite remplie et c’est pourquoi nous cherchons d’autres sociétés avec qui consolider les envois. »

Le bateau pour répartir les risques

Cet intérêt croissant pour les solutions multimodales a plusieurs causes. Tout d’abord, le souci de la durabilité va croissant parmi les marques de grande consommation. Ensuite, la crainte existe que les transporteurs routiers ne soient pas prêts au moment où la crise sera passée. N. Van Puyenbroeck : « Les chauffeurs manqueront et on réduit le nombre de poids lourds. Ce manque de capacité va aussi faire grimper les prix. Nous devons veiller à ce que nos produits arrivent dans les supermarchés et considérons un glissement vers la navigation intérieure comme une façon de répartir les risques. »

Pour lui, ces premières expériences à petite échelle sont suffisantes pour décider de confier une part plus importante des chargements à la navigation intérieure, au détriment du chiffre d’affaires des transporteurs actuels. « C’est pourquoi je regrette que nos prestataires logistiques ne cherchent pas davantage les contacts avec les opérateurs fluviaux. Si nos transporteurs routiers n’y prennent garde, les bateliers se chargeront eux-mêmes du pré et post-acheminement et la perte sera alors encore plus grande », estime N. Van Puyenbroeck.

United Biscuits est surtout à la recherche d’un tiers prenant en charge l’ensemble de l’organisation, de l’usine vers les terminaux et jusque dans les DC et inversement. Mais il est important que les transporteurs soient impliqués dans ces projets car ils peuvent apporter leurs connaissances, notamment en termes de fret de retour. »
17/07/2013  |  Peter Ooms

Download full article in PDF

go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?