warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Editorial




 
Longue vie aux écureuils

go back print this page     send page by mail     Comments
Avec un présent difficile et des perspectives futures incertaines, le transport routier continue à faire le gros dos, mais contrairement à la crise de 2008/2009, la capacité de rebond de l' économie européenne est cette fois extrêmement limitée. Selon l’OCDE, les  prévisions de croissance du PIB pour l’ensemble de la zone Euro sont à nouveau négatives pour 2013, bien qu’à un niveau moins alarmant que pour 2012, et un retour à une croissance modérée (1.3 %) ne serait prévu que pour 2014.

La situation de la Belgique et de nos voisins déterminera dans une large mesure le volume d’activité des transporteurs belges. L’OCDE prévoit un contraste frappant entre l’Allemagne (dont le PIB grandira moins en 2013 qu’en 2012) et les autres pays, qui devraient tout juste sortir de récession.

Pas de quoi pavoiser donc, et certainement pas de quoi retrouver une situation globalement saine sur le plan des prix de transport. La prudence recommanderait donc plutôt de tabler sur une croissance zéro, et de prendre toute amélioration comme un bonus bienvenu.

La bonne nouvelle (car il y en a une) vient du passé récent. Comme vous le découvrirez dans ce numéro, le secteur belge du transport routier a plutôt bien géré l’année 2011 : les transporteurs ont réagi plus vite qu’en 2008 au ralentissement de l’activité et ont réussi à terminer l’année sur un bénéfice acceptable pour le secteur. Ces bénéfices ont été largement reportés sur les fonds propres, qui ont retrouvé une progression normale après deux années de stagnation. Ces fonds propres seront bien utiles d’une part pour faire face à 2013, mais aussi pour répondre aux nouvelles exigences des banques qui devront assimiler les normes de Bâle 3.

Cependant, les moyennes valant ce qu’elles valent, ces chiffres cachent une polarisation de plus en plus forte entre les entreprises saines et les canards boîteux. Le rythme des faillites ne devrait donc pas ralentir en 2013. S’il pouvait se traduire par une réduction structurelle de la capacité de transport, les transporteurs survivants ne s’en porteraient que mieux.


05/02/2013  |  Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?