warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Editorial




 
Les grands défis de 2014

go back print this page     send page by mail     Comments
L'année 2014 qui s'annonce sera fertile en défis pour le secteur du transport routier. A quelques encâblures du réveillon de la Saint-Sylvestre, nous en pointons quelques un du doigt : 

- le plus évident tient à la reprise économique. Perceptible depuis quelques semaines, la progression des volumes de transport ne va pas sans quelques 'hoquets' regrettables. Et l'euphorie passagère due aux achats de fin d'année ne doit pas le cacher. Le véritable test surviendra au creux de l'hiver, mais les signes structurels d'une amélioration se sont suffisamment multipliés pour, cette fois, y croire un peu. Gare toutefois aux excès d'optimisme : même si nos voisins néerlandais se dirigent eux aussi vers une sortie de crise et si le sud de l'Europe reprend aussi le chemin de la croissance, la surcapacité de transport reste endémique et pèsera encore sur les tarifs de transport en 2014.

- à ce sujet, la libéralisation totale du marché du travail à la Roumanie et la Bulgarie ne va pas aider les entreprises qui emploient des chauffeurs belges. Seuls des contrôles renforcés permettront d'endiguer une nouvelle vague de détachements sauvages.

- la fin mai constituera le moment-pivot de l'année 2014. Le résultat des élections européennes déterminera en grande partie comment évoluera la politique européenne du transport d'ici 2020. Si les partis anti-européens gagnent beaucoup de terrain, cela pourra sembler à certains une bonne nouvelle dans la mesure où le protectionnisme à courte vue y gagnera une nouvelel tribune. Mais gare à un repli sur soi qui neutraliserait la véritable dynamique européenne...

-  ce sera la première fois que le nouveau Parlement européen élira le président de la Commission. Enfin un peu de démocratie (indirecte certes) à ce niveau, même si tous les partis ne désigneront pas leur candidat à la présidence. Au niveau du transport, on pourra difficilement trouver plus ultra-libéral que l'actuel commissaire Siim Kallas. S'il était réélu, attendez-vous à une grève du zèle pour protéger les marchés du travail en Europe occidentale. L'homme s'est entouré d'un 'groupe de haut niveau' où ne siègent que les intérêts des acheteurs en transport et des (très) grands groupes logistiques. Lisez à ce sujet l'interview de Frank Appel (CEO de Deutsche Post DHL), dans le prochain Truck & Business. Ses déclarations sont édifiantes.

- Cela dit, il n'est pas certain que ce soit le Commissaire aux Transports qui ait le plus à dire. Les questions environnementales pourraient peser d'un plus grand poids encore dans les futures politiques européennes. La réduction des émissions de CO2 sera LA priorité absolue... et ce n'est pas compatible avec une restriction des pratiques de cabotage.

- En Belgique, 2014 verra s'appliquer les premières conséquences de la régionalisation de la sécurité routière. La Flandre a déjà balisé ses priorités, la Wallonie et Bruxelles pas encore, et il faut surtout espérer que le bon sens prévale entre les trois Régions.
31/12/2013  | 10 Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?