warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Economie




 
L'aperçu conjoncturel ITLB 2012 confirme la chute du transport inter

go back print this page     send page by mail     Comments
L'aperçu annuel de l?analyse conjoncturelle de l'ITLB confirme le recul de l'activité du transport routier belge en transport international. En volume, cette activité se retrouve désormais au niveau qui était le sien en 1990.

Chiffres-clés

Nombre d' entreprises : 8548 (-0.8 %)
Nombre de véhicules : 54004 (-1.6 % par rapport à 2011, - 9.5 % par rapport à 2008))
Nombre d' entreprises nouvellement créées: 559
Nombre d’entreprises radiées : 747

Personnel

13% des entreprises ont cherché un chauffeur (20 % en 2011)
3 % des entreprises ont cherché une autre fonction

C’est surtout vers la fin de l’année que la politique de recrutement dans le secteur se situait à un niveau plutôt bas.

Liquidités

Au début de 2012, le nombre d’entreprises indiquant être confrontées à des problèmes de liquidité était assez élevé (32,7 %). Mais ce nombre a progressivement régressé au cours de l’année. Il s’élevait encore à 21 % au dernier trimestre.
Si nous considérons l’ensemble de l’année, le nombre de sociétés ayant des difficultés de trésorerie s’élève, en moyenne, à 25,7 %; ce qui est légèrement supérieur à celui de l’année précédente (24 %). Le délai de paiement accordé s’élève à 43 jours, en moyenne, mais dans la pratique, il dure 11 jours de plus, en moyenne.

Investissements

21 % des entreprises ont réalisé un investissement (25,3 % en 2011)
Il s’agissait pour la plupart d’investissements de remplacement, principalement en véhicules moteurs.

Coefficient de distance

Km en charge : 72,3 % (-0.8 %)

Au premier trimestre 2012, le coefficient s’élevait encore à 75,1 % mais au dernier trimestre, il est retombé à 71,8 %.

Prix de revient

Au début de l’année, l’écart entre le prix de revient et le prix de vente était assez important. Mais, étant donné que le prix de revient s’est accru moins fortement au cours de l’année, principalement en raison de l’évolution du prix du carburant, l’écart entre les deux prix s’est progressivement quelque peu amenuisé. Pour la plupart des entreprises, le niveau du prix de vente reste néanmoins insuffisant par rapport au prix de revient. En pleine période de crise, de nombreux clients sont encore moins enclins à accepter un ajustement du prix de vente à la hausse et ils montent les transporteurs les uns contre les autres afin de faire pression sur le prix.


22/03/2013  | 10 Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?