warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  Dossiers > Trailer




 
Colruyt et Delhaize poussent à l'utilisation de camions-remorques

go back print this page     send page by mail     Comments
Maintenant que l’utilisation d’écocombis est envisagée dans certains pays et que des tests sont effectués avec des semi-remorques plus longues, les transporteurs sont mis sous pression pour mobiliser ce matériel. Mais ce n’est pas encore possible en Belgique.

Ce sont les grands chargeurs tels que Delhaize, Colruyt et Procter & Gamble qui poussent les transporteurs à utiliser des unités de transport plus grandes. Plus la charge utile est importante, moins il y a de mouvements aux quais. Résultat : un gain de temps, mais aussi un prix de transport plus bas par palette transportée. Les transporteurs souhaitent participer à ce mouvement, mais sont confrontés à toutes sortes de problèmes légaux et pratiques.

Une semi de 14,9 m

Parmi ces transporteurs, il y a Van Dievel à Malines, le Super Transporteur de l’Année 1993–2012. La parole à Louis De Wael, manager de l’entreprise : « Il y a 3 ans, nous avons développé un projet d’utilisation d’écocombi sur un itinéraire entre les implantations Colruyt de Malines et de Halle pour Procter & Gamble.

Ce projet a été retenu parmi les 30 projets sélectionnés par le gouvernement flamand. Mais les donneurs d’ordre n’attendent évidemment pas les décisions du gouvernement. On nous demande aujourd’hui, pour certains transports, des ensembles routiers capables d’emporter 38 palettes. Aujourd’hui, ce n’est légalement possible dans notre pays qu’avec un porteur accouplé à une remorque à essieux centraux et doté d’un système de chargement traversant.
Pour nous, cela signifie soit investir dans du nouveau matériel soit renoncer à la mission. Nous n’investissons pas pour l’instant, pour différentes raisons, dans des ensembles porteur/remorque et, en effet, nous avons perdu des missions au profit d’autres transporteurs qui disposent d’un tel matériel.

La raison pour laquelle nous sommes récalcitrants par rapport à ces combinaisons porteur/remorque à essieux centraux, c’est le manque de flexibilité. Nous pouvons en effet laisser nos semis sur la drop zone et les récupérer lorsqu’elles sont chargées. Entre-temps, le chauffeur et son tracteur peuvent être mobilisés pour d’autres missions. Un ensemble routier avec porteur doit rester sur place, ce qui réduit à néant la flexibilité et crée un goulot d’étranglement dans la supply chain.

Nous sommes dès lors partisans de la semi de 14,9 m. Elle nous permet de transporter 38 palettes tout en conservant la flexibilité qui est la nôtre avec nos semi-remorques. Avec une semi de 14,9 m, nous pouvons aller partout où nous opérons avec nos semis ordinaires. Pour nous, c’est la solution qui s’inscrit le mieux dans un avenir durable et efficace du transport. »

Le point de vue des chargeurs

Les transporteurs sont-ils vraiment obligés d’investir dans du matériel neuf ? Yvan van de Brul, responsable de la division transport de Colruyt : « Nous n’imposons rien, mais nous recherchons constamment des solutions dans le but de rendre nos transports plus rentables. Nous avons en effet posé comme condition, dans le cadre d’un appel d’offres pour certaines missions, de mettre à disposition du matériel de transport capable d’emmener 38 palettes. Il s’agissait en l’occurrence d’articles de papeterie légers. Mais en général, nous sommes évidemment toujours intéressés par tout ce qui peut rendre nos transports plus efficaces et nous entretenons un dialogue avec les transporteurs qui travaillent pour nous. » Ce point de vue est partagé par les divisions transport d’autres grandes chaînes de supermarchés.

Semi de 14,9 m : état des lieux

Ce sont les transporteurs allemands qui, par le biais d’une déclaration commune envoyée au ministre allemand des transports, plaident pour une longueur de l’ensemble tracteur/semi de 17,85 m dont 14,9 m pour la semi (la proposition Kögel). Cette longueur permet de placer deux caisses mobiles BDF C745 sur une semi, soit le modèle le plus utilisé par les chemins de fer allemands. De plus, il est en outre possible de rouler, en toute légalité, avec des conteneurs 45 et 48 pieds, ce qui faciliterait aussi le transport combiné.

Les Allemands croient moins dans l’autorisation générale des écocombis d’une longueur totale de 25,25 m même s’ils n’écartent pas totalement cette solution. Le grand avantage de la semi XL réside dans ses 10 % d’espace de chargement supplémentaire tout en conservant les caractéristiques d’un ensemble courant. L’ensemble routier obtenu répond, en termes de maniabilité et de stabilité, et donc de sécurité, aux prescriptions UE actuelles.

Ce concept présente aussi des inconvénients et d’abord le fait qu’en introduisant une nouvelle longueur de semi, toutes les semis existantes vont être d’un coup dépassées. Pour les grandes flottes et les loueurs de semi-remorques, ceci représenterait un coût énorme puisqu’il faudrait remplacer la flotte ou la transformer. Autre inconvénient : le grand porte-à-faux arrière et son dégagement.

02/05/2012  |  Hendrik Despiegelaere

Download full article in PDF

go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?