warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  News > Réglementation




 
Cabotage : le vent tourne au Parlement

go back print this page     send page by mail     Comments
Le comité Transport et Tourisme du Parlement européen se réunissait hier pour débattre, notamment, sur le cabotage routier. Deux études ont été présentées sur l'état du marché du transport routier suite à l'introduction des derniers règlements (temps de conduite et de repos, accès au marché, accès à la profession) et à l'ouverture partielle des marchés nationaux de transport aux transporteurs des nouveaux états membres.

Les conclusions de ces deux études sont sans appel et recoupent en grande partie les griefs des transporteurs, de leurs associations représentatives et des syndicats en Europe de l' ouest :
- Des différences 'significatives' subsistent entre les structures sociales et les structures de marché entre les 15 'anciens membres' et les 12 ' nouveaux membres' de l' UE. L’objectif d’harmonisation sociale et fiscale est loin d’être atteint, et le mouvement de convergence des salaires n’a pas permis d’augmenter le niveau des salaires des chauffeurs dans les 12 nouveaux états membres.
- Le marché du transport a subi des ' perturbations majeures’ depuis son ouverture progressive
- Le dumping social est devenu une réalité tangible, et les mécanismes de contrôles sont ' pauvres ou inexistants’
Pour les chauffeurs, les conclusions sont encore plus alarmantes : les rapports parlent de baisse significative de la qualité de vie, de précarisation de l’emploi et de réduction du salaire net, autant de phénomènes qui rendent la profession de moins en moins attirante auprès des jeunes, et en particulier des femmes. Un des deux rapports conclut à une régression majeure pour l’ensemble du secteur.
Les parlementaires concernés en appellent donc à la Commission pour qu’elle ne libéralise pas davantage le marché européen du transport routier et qu’au contraire, elle prenne des mesures pour accélérer l’harmonisation sociale dans le transport et renforcer les contrôles sur les législations existantes. A ce sujet, ils rappellent l’utilité du registre ERRU, qui devait être lancé au 1er janvier 2013 pour stigmatiser les entreprises reconnues coupables de manquement graves aux règles européennes. Ce registre reste pour l’instant dans les limbes à cause du retard pris par la plupart des pays membres à interconnecter leurs registres de transporteurs nationaux.
24/04/2013 55 |  Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?