warehouse_and_logistics
FR - NL Home >  News > Réglementation




 
« Le système TIR est bien plus sûr aujourd'hui » (Febetra)

go back print this page     send page by mail     Comments
Le système TIR est revenu dans l' actualité la semaine dernière suite à un article paru dans l' Echo et faisant état du paiement par la Febetra d' une somme de 7,6 millions EUR à l’état belge dans le cadre d’une vaste fraude aux carnets TIR en 1993. Pour rappel, la Febetra garantissait la validité des informations contenues dans les documents TIR, mais un certain nombre d’utilisateurs avaient contourné le système et avaient fait disparaître des cargaisons, notamment, de cigarettes. C’est au titre de cette garantie que la Febetra était redevable à l’état belge. « Pour nous, ce dossier est clôturé depuis 2011, puisque la somme avait été versée à l’époque. Nous ne voyons donc pas très bien pourquoi il ressort aujourd’hui », nous a dit Isabelle De Maegt, porte-parole de la Febetra. La réponse tient en une question parlementaire posée récemment à Steven Van Ackere (encore Ministre des Finances à l’époque),question qui a éveillé l’intérêt de notre confrère.
Une telle fraude pourrait-elle encore se reproduire ? « Le système TIR est beaucoup plus sécurisé qu’il ne l’était en 1993, nous a expliqué Marek Retelski, responsable du système TIR au sein de l’IRU. N’oubliez pas qu’en 1993, l’Europe venait à peine d’ouvrir le marché unique. Certains en ont profité, mais depuis lors, tous les fichiers sont informatisés et les échanges d’informations entre les opérateurs TIR comme la Febetra et les services de douane sont beaucoup plus efficaces. Il y a davantage de niveaux de contrôle sur un même carnet. Nous avons également développé une panoplie d’applications qui permettent notamment à tous les acteurs concernés de vérifier le statut d’un carnet TIR tout au long de sa durée d’utilisation ou de relever des opérations de transport qui seraient effectuées sous le couvert de carnets périmés. »
Pour la Febetra, la vente de carnets TIR ne représente plus qu’une activité résiduelle, les principales destinations couvertes étant l’Afrique du Nord et la Russie.
06/05/2013 55 |  Claude Yvens
go back print this page     send page by mail     Comments
Vos commentaires
Rédigez votre commentaire (max 1000 signes)

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation .

Adresse mail

Mot de passe

Pour votre securité, ce champs doit être encodé à chaque commentaire.

-> Mot de passe oublié ?
-> Pas encore inscrit ?